Les nuages

On a les yeux bien ouvert désormais, la machine se met en route, la radio crache une musique à la mode entendue mille fois, mais l’esprit est ailleurs. Il a fixé les yeux sur le blanc crème du plafond, il est en plein démarrage, réactivation du processeur, étalonnage des données, triage, les pensées affluent et se mélangent aux réminiscences d’un rêve déjà oublié. Il faut faire place nette pour entamer la journée, c’est trop encombré là-haut.

Et dire que certains pensent que la nuit est reposante. Ne rêvent-ils pas ces gens-là ? On peut légitimement se demander si les génies de ce monde ne sont définis non pas par le QI dont ils sont dotés, mais par leur incapacité à rêver. Cela expliquerait beaucoup de choses, dont l’apparente inutilité de la plupart des inventions. Si les ingénieurs étaient des rêveurs, nous aurions des nuages en guise d’avions, moelleux, cotonneux, doux et lents, des voitures en forme de théière, des ailes rétractables derrière le dos, des maisons rondes et ovales, mobiles et flottantes. Si le monde est aujourd’hui aussi carré, abrupt, gris, c’est bien que ses concepteurs ne rêvent pas.

À l’inverse, on rêve trop de notre côté, si bien qu’il nous est impossible de faire quoique ce soit d’autres pendant la journée. Notre cerveau est éreinté, ces capacités créatrices épuisées. Nous ne pouvons que restituer avec nos pinceaux, nos doigts, nos mots. De jour, nous ne sommes que des canaux qui véhiculent les idées de cette autre nous qui prend le contrôle une fois nos paupières fermées. Nous sommes ces doux rêveurs qui ne trouveront jamais leur place dans cette société où personne ne sait inventer un nuage.

Anuncio publicitario

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s